Liliane Meffre

Carl Einstein, toujours un et multiple

L’individu et la collectivité dans ses écritures de la vie, de l’art, de la politique.

Dans l’actualité (rappel des nombreux événements récents) de Carl Einstein et de son « primitiv oder aktuell sein » nous nous attacherons à montrer :

– dans les écrits supposés biographiques de Carl Einstein, d’une part les correspondances dont nous avons déjà édité les essentielles (celles avec Kahnweiler, Kisling), présenté un certain nombre au fil de nos publications et d’autres découvertes récemment, que Carl Einstein se révèle sous des aspects multiples et variés en fonction de son correspondant, dans une langue constamment différente, dans des cercles d’intérêts variables. D’autre part que le roman autobiographique Bébuquin ainsi que ses variantes et compléments ultérieurs « BEB « …restés inédits, ont largement illustré et prophétisé à la fois le déroulement  de la vie et l’évolution de leur auteur. Et influencé plus d’un contemporain, comme nous le montrerons.

– dans les écrits sur l’art, que c’est la contemporanéité et le « ressenti » qui entrent en jeu et façonnent le langage. Il n’y a pas de dialogue ou de complémentarité comme Einstein le précise lui-même, par ex. dans le Georges Braque. La langue des textes sur l’art est chaque fois autre, voir pourquoi et comment.

– dans son œuvre à caractère politique, que c’est le corps qui passant à l’action dans les combats, les opérations militaires, révolutionnaires (Bruxelles, Spartacus, l’Espagne) apporte coloration et substance nouvelles, l’épaisseur du « vécu », à l’écriture. L’individu se fond alors dans le groupe, l’idéal est atteint dans la colonne Durruti qui a oublié le « mot préhistorique ‘je’ » au profit du « nous ». Pourquoi ce désir, exprimé avec force, dans les lettres d’Espagne à Kahnweiler de pouvoir enfin après avoir su « où les mots finissent » écrire de la « bonne prose » ?

Et cette signature par le suicide, écho, pendant, à celui de Bébuquin, qui vient clore les écritures de la vie, de l‘art, de la politique.

*

Moderation Sektion IV

*

Liliane Meffre est germaniste et historienne de l’art (thèse Paris I-Sorbonne, directeur Jean Laude), thèse d’Etat (Paris IV-Sorbonne), agrégée, professeur des Universités.

Elle a consacré ses recherches à  l’œuvre et à la personnalité de Carl Einstein, aux avant-gardes littéraires et artistiques du début du XXe siècle, aux rapports primitivisme-modernité, à la Kunstwissenschaft ainsi qu’à la médiation culturelle franco-allemande.

Elle a publié de nombreux articles et ouvrages sur Carl Einstein, entre autres Carl Einstein (1885-1940). Itinéraires d’une pensée moderne, Paris, Presses de l’Université de Paris-Sorbonne, 2002.

Elle a édité et traduit les œuvres de C. Einstein en Allemagne, Belgique, Brésil, Espagne, France, Italie, Portugal ; contribué à nombre de catalogues d’exposition, organisé  plusieurs colloques sur C. Einstein, donné de multiples conférences en Europe et au Brésil.

Elle a cofondé en 1984 la Société franco-allemande Carl Einstein/CEG et l’a coprésidée jusqu’en 2010.